[MEDIATION SCIENTIFIQUE] – La BD comme outil de diffusion de connaissances


La communication scientifique (vulgarisation et médiation) utilise de plus en plus la culture populaire (ou “pop culture“) pour parler de sciences. Transmission de connaissances, diffusion de controverses scientifiques, lancement de débats… les raisons sont multiples. Certes, ce n’est certainement pas le meilleur moyen pour s’assurer que les publics engrangent des connaissances, mais c’est un bon outil pour susciter la curiosité et pour tenter de les sensibiliser et de les intéresser à certaines notions scientifiques parfois complexes (certains ouvrages n’hésitent pas à s’attaquer à la physique quantique ou au darwinisme).

Plusieurs domaines de la culture populaire sont utilisés aujourd’hui : films, romans, street art… et bien sûr, la bande dessinée ! À travers quelques exemples proposés par certain.e.s membres de l’association, vous pourrez constater que cet outil est très pertinent, accessible à tous et finalement, pas si récent…

Bonne(s) lecture(s) à tous et à toutes !


La Fabrique des Corps — Héloïse Chochois : le choix de Prisca

Réparer et améliorer le corps sont au cœur des réflexions modernes. Pour mieux comprendre l’homme de demain, il faut savoir ce qu’il y avait hier. Héloïse Chochois nous propose un voyage au cœur de La Fabrique des Corps” avec humour et connaissances. Attacher vos ceintures, l’excursion promet d’être enrichissante.

Suite à un accident, un jeune homme se réveille à l’hôpital, amputé. Il entame un dialogue avec Ambroise Paré. Le père de la chirurgie moderne au XVIe siècle va l’entraîner dans l’histoire de l’amputation et du fonctionnement du corps humain. Le récit se découpe en quatre chapitres : l’amputation, le membre fantôme, les prothèses et le transhumanisme. L’illustratrice scientifique fait le choix de tout nous expliquer avec beaucoup de simplicité, d’humour et de pédagogie. Le Dr Hasboun, un spécialiste du cerveau ainsi que l’association française transhumaniste ont contribué à donner des sources fiables. C’est sans peur que des schémas médicaux sur les étapes d’une amputation ou la logique nerveuse sont montrés. La vulgarisation est efficace, claire et compréhensible de tous avec une touche d’humour. Avec un sujet tel que l’amputation, le défi était de taille. L’autrice ouvre d’ailleurs la bande dessinée avec l’homme augmenté du futur et le transhumanisme. Que sera demain ? Quel Homme allons-nous devenir ?

Le choix graphique devrait plaire à tous, déjà par le choix classique d’une structure en casse. Le trait épais donne du dynamisme au récit. Le traitement colorimétrique alterne entre le noir et blanc pour les scènes de vie quotidienne du jeune homme et des aplats de teintes sombres pour l’aspect technique et médical. Les couleurs changent tout de même selon les thématiques abordées. La première partie aborde l’amputation alors c’est un peu sanglant donc des tons rouges-orangés. La deuxième partie sur le membre fantôme est bleue, plus orienté sur l’émotion avec le membre disparu et la dépression. La partie sur la prothèse est verte car esthétiquement elle se complète bien avec le gris. Et pour finir sur le transhumanisme, une explosion de couleurs dans un esprit science-fiction. Tout est bien construit du contenu à l’esthétique.

Ne passez pas à côté de cette pépite BD qui sera attisée votre curiosité.

Objectif Lune — Hergé : le choix d’Antoine

Ma BD de vulgarisation scientifique est sans aucun doute “Objectif Lune” qui est un régal de médiation scientifique à tous points de vue.

D’une part, le professeur Tournesol se joue en pédagogue en expliquant à Tintin et au Capitaine Haddock, le fonctionnement d’une centrale nucléaire, l’intérêt d’aller sur la Lune, les essais techniques (ceci devait être encore plus intéressant au moment de sa sortie, où ces techniques étaient révolutionnaires).

D’autre part l’album nous explique bien les enjeux sociétaux (en particulier en matière de guerre froide naissante, à l’époque où l’album a été rédigé), sur les technologies utilisées à l’époque (l’informatique, l’observation lunaire).

 

 

 

 

Dans la Combi’ de Thomas Pesquet — Marion Montaigne : le choix d’Ariane

On pourrait résumer cette BD avec cet objectif : démystifier le job de l’astronaute starifié, filmé et interviewé par monts et par vaux, omniprésent sur les réseaux sociaux pour partager son quotidien hors du commun. Qui a surtout énormément travaillé, et minutieusement tout préparé, même les situations les plus improbables comme un atterrissage raté au milieu de l’océan. Marion Montaigne n’occulte pas la part du travail ni les extraordinaires capacités aussi bien intellectuelles que physiques et humaines de son sujet. Mais en revenant à son quotidien elle en ferait presque un « man next door » auquel on peut tous s’identifier. Et au détour de situations improbables, de personnages hauts en couleurs et de décors bien trouvés, on se marre vraiment !

La mission des astronautes est également démystifiée : non, Thomas Pesquet n’a pas fait que des jolies photos, des interviews et du saxophone dans l’espace. Bien sûr, on n’en est plus au temps des premiers astronautes pionniers dont on ignorait même si le système digestif allait fonctionner…s’ils arrivaient jusqu’à la station internationale. Le travail dans l’espace aujourd’hui, c’est 50% de maintenance et 50% de recherche dans des domaines très variés. A ceci s’ajoutent 2h de sport quotidiennes pour contrer les effets de l’impesanteur. Le reste, du temps libre mais dans un espace qui ne l’est pas, ultra-confiné et avec ses collègues 24h/24h. On est loin du club Med…Sans même parler de la prise de risque.

Dans son ouvrage, Marion Montaigne n’oublie pas non plus de nous livrer de belles séquences de vulgarisation (la démo du Soyouz avec un poivrier au repas de famille, une merveille !!). Le résultat de cet ouvrage : une bande dessinée accessible au grand public, fan de spatial ou non, dont les 200 pages se dévorent d’une traite. 5, 4, 3, 2, 1, enfilez vos combis (de nuit) et bonne lecture !

Retrouver son article complet sur son blog Science InFusée !

 

Le Super week-end de l’Espace — Gaëlle Almeras : le premier choix de Vera

Au départ, un télescope offert à ma fille de 8 ans lors du dernier Noël. Super cadeau (quoiqu’un peu encombrant) qui a soulevé plein de questions sur l’espace, les étoiles et l’univers. Pour accompagner cette curiosité, j’ai trouvé plein de livres sur l’astronomie, des ludiques, des sérieux, … et cette BD que j’ai dévorée tout autant que ma fille. Le pitch ? Trois amis partent passer un week-end à la campagne chez l’un d’eux, passionné d’astronomie qui a justement fabriqué son propre observatoire. Les trois personnages par leurs jeux et leurs questions permettent d’aborder un grand éventail de thèmes : la découverte spatiale, les constellations, la spectrométrie, le big bang … Et que dire du graphisme et de l’illustration de la BD ? Superbe ! Gaëlle Alméras, auteure illustratrice, y a passé quatre ans et c’est un petit bijou. Difficile de refermer cette BD sans avoir envie d’aller se coller l’œil au télescope.
Vous pouvez découvrir les éditions Maison Georges et le blog de l’auteure, Gaëlle Alméras !

La Vie Rêvée des Morpions et autres histoires de Parasites — Marc Giraud et Roland Garrigue : le second choix de Vera

Quand j’ai choisi ce livre, je ne m’attendais pas à en découvrir autant sur cette population d’êtres vivants que sont les parasites. D’abord, ils sont vraiment très nombreux sur la planète ! Et les êtres humains sont les animaux les plus parasités (quelle chance!). Quand le mot parasite est lâché, il est difficile de ne pas avoir une moue de dégoût Après tout, ce sont des êtres vivants qui se développent et survivent grâce aux autres. Ils représentent des dangers réels (peste, typhus, paludisme, maladie de Lyme), même si parfois ils peuvent avoir des rôles positifs pour la biodiversité. Le livre aborde ces petites bêtes (et des grandes aussi) avec beaucoup d’humour, comme par exemple, les morpions devenus une espèce menacée par la mode du ticket de métro. Et avec beaucoup de sérieux comme par exemple l’arrivée d’une nouvelle forme de paludisme en raison de la déforestation en Malaisie (huile de palme bonjour).
Un livre qui se lit avec beaucoup de plaisir et dont les anecdotes resteront gravées. Un bel exercice de vulgarisation scientifique.

Le Mystère du monde quantique — Thibault Damour et Mathieu Burniat : le choix de Matthieu

Le mystère du monde quantique

Comment vulgariser les concepts de la mécanique quantique, l’une des théories physiques les plus déroutantes ? C’est le défi de cette BD écrite par Thibault Damour, physicien théoricien, mondialement reconnu pour ses travaux en relativité générale et sur les ondes gravitationnelles, et Mathieu Burniat, auteur de bandes dessinées.

L’ouvrage d’une centaine de pages suit les pas de l’aventurier Bob à la découverte de cette nouvelle physique. Durant son parcours, il croise nombre de physiciens ayant contribué à sa construction au début du XXè siècle, qui lui expliqueront leurs principales découvertes et le débat les opposant sur son interprétation. Les auteurs ont souhaité ajouter en annexe un glossaire contenant aussi bien des notices bibliographiques de ces scientifiques que des explications sur l’équation de Schrödinger ou le phénomène de décohérence.

La BD s’appuie sur la culture populaire, Bob ayant des airs assumés du Tintin d’Hergé. Mais ce qui frappe Bob et le lecteur, c’est la grande exigence des auteurs qui n’ont pas peur d’aborder des notions complexes, au risque de rendre la progression parfois ardue. Ils affichent une réelle confiance en la capacité du lectorat à s’approprier les concepts présentés. Le dessin de Mathieu Burniat regorge de trouvailles graphiques sublimant l’étrangeté de ce monde quantique, magnifiquement renforcées par la dichotomie entre le N&B du monde classique de nos héros et les touches de couleur réservées aux objets du monde quantique.


Morgane Petit

A propos de Morgane Petit

Passionnée de médiation scientifique, d'échanges et de discussion à propos des sciences. J'adore utiliser les réseaux sociaux pour partager avec le plus grand nombre !