ConnecTionS Intimes #5 – Portrait S.T.S


Nouveau portrait chinois pour la rubrique ConnecTionS Intimes.

Retrouvons ce mois-ci Vera, cheffe de projet en médiation scientifique au sein de l’Exploradôme, musée scientifique basé à Vitry-sur-Seine, et co-fondatrice de l’association ConnecTionS.

 

 

 

1 – Si j’étais une invention ?

La roue. Pour tout ce que cette invention implique : des déplacements plus longs et plus loin, des outils facilitant les tâches difficiles. Ce système technique, qui a l’air super simple, se retrouve dans beaucoup d’autres inventions. 

“Dean était heureux de nouveau. Tout ce qu’il lui fallait, c’était une roue dans les mains et quatre sur la route.”

Sur la route” — Jack Kerouac

 

2 – Si j’étais un robot ?

Sans hésiter, je serai Motoko Kusanagi (“Ghost in the Shell” version 1995), une cyborg aux capacités physiques et techniques puissantes et avec un cerveau humain. Loin de moi cette idée que le transhumanisme est la voie à choisir pour l’humanité. Au contraire. 

via GIPHY

 

3 – Si j’étais une controverse scientifique ?

Difficile de choisir… Je m’intéresse à toutes les controverses, à leur traitement médiatique et cinématographique mettant en scène le monde social, politique et scientifique.  Celle qui m’intéresse particulièrement en ce moment est la question de la viande artificielle. Ces nouvelles techniques de création in vitro pourraient donner un grand coup de frein à l’élevage intensif des animaux, à ne plus penser l’animal comme un objet de consommation et à ne plus sacrifier les terres cultivables pour la production de fourrages mais plutôt pour des denrées alimentaires à destination des humains. C’est donc tout l’élevage et la production alimentaire qui sont remis en cause avec cette innovation. On ne tue plus des animaux en masse et la population continue de se nourrir de viande. Restent les questions du coût pour les futurs “client·e·s” et de l’envie de mettre fin à des milliers d’années de domination sur les animaux.  

Je recommande le film “Okja” (de Joon Ho-Bong, 2017) sur la question de  l’animal en tant que produit à consommer. Magnifique point de départ à ces réflexions.

via GIPHY

 

 

4 – Si j’étais une dystopie ?

L’une des dystopies qui m’a profondément marquée est  le film “Soleil vert” (très mauvaise traduction de “Soylent Green”), film de Richard Fleischer sorti en 1973. 
Rien que son générique vaut le coup d’œil. Il décrit les transformations sociales et technologiques arrivant à une véritable catastrophe globale  : le réchauffement climatique est bien là, les denrées alimentaires sont devenues des pastilles chimiques, le monde animal et végétal disparaît et la surpopulation longtemps fantasmée est devenue réalité. La Terre n’a plus de place. C’est la fin de l’humanité. 

 

via GIPHY

5 – Si j’étais un animal imaginaire créé par manipulation génétique ?

Un hippogriffe miniature et qui parle anglais. (Ma fille est dingue d’Harry Potter !) 

 

6 – Si j’étais une découverte spatiale ?

Je rejoins Matthieu (dans le précédent ConnecTionS Intimes) : marcher sur la Lune, c’est quand même dingue. Être là-bas et regarder la Terre. J’éprouve beaucoup d’émotion quand je pense à ce genre d’accomplissement.  Et comme tout semble indiquer que la prochaine étape serait Mars, j’espère que j’en serai témoin !

 

7 – Si j’étais une espèce menacée ?

La liste est longue… L’Axolotl, de la famille des amphibiens, est particulièrement intéressant comme animal : il a une capacité régénératrice incroyable (capable de se refaire un oeil si celui-ci est abîmé) et vit en état d’adolescence toute sa vie. Il habite dans des lacs au Mexique (et aussi dans certains cratères volcaniques), même si nous en trouvons beaucoup dans les laboratoires de recherche. Mais à l’état naturel, cela fait quelques années que nous n’en voyons plus.  

Merci à Camille S. de m’avoir fait découvrir cet animal lors de notre collaboration 🙂

 

via GIPHY

 

8 – Si j’étais une scientifique inconnue ?

Inconnue peut-être en France, moins au Portugal, je citerai Margarida Fernandes, chercheure au Centre d’ingénierie biologique de l’université de Minho. Ses recherches portent sur la régénérescence des tissus osseux et de nouvelles techniques qui pourraient aider des milliers de malades  atteints de lésions ou de maladies osseuses (comme l’ostéoporose). 

 

9 – Si j’étais un musée scientifique ou un centre de sciences ?

Ce n’est pas vraiment un musée scientifique ou un centre de sciences, mais je cite volontiers la fondation EDF et ses propositions d’exposition alliant arts / sciences et nouvelles technologies à la perfection, toujours avec une approche ludique et sensorielle.

En ce moment, il y a DATA 1.2.3 qui vaut vraiment la visite.

Je trouve ce type de lieux très inspirants car les traitements artistiques de certaines questions sociétales sont de bons prétextes pour ensuite développer une exploration scientifique. J’aime parler sciences et techniques avec des détours.

Et plus traditionnellement, j‘adore le kitsch du Muséum d’histoire naturelle de Coimbra (Portugal, encore !).

 

10 – Si j’étais un slogan ?

Sans coeur, nous ne serions que des machines. (J’ai piqué ça à Alfa Roméo) 

via GIPHY

 

Une question bonus !

11 – Si j’étais un dispositif informel de médiation scientifique ?

Le panneau autoroutier de l’A6 direction Saclay qui indique : “Cité scientifique” 🙂

 

Retrouvez Vera sur Twitter : @vdezouz et sur son site : Si Tu Savais – STS